Dessiner n’est pas comme écrire. Au rythme de deux à cinq dessins chaque soir de la semaine, durant trois mois, selon un processus constant (plume et encre de chine sur un format raisin 224 gr), se sont accumulés coups de plume, marques, traces, taches d’encre, filets ténus, pointillés.

Il s’agissait de se ré-approprier l’espace du non-dire, de ré-apprendre la mesure des gestes.

L’économie de moyen était le maître mot de ce projet.
Trouver, pas à pas, par petites touches, le juste équilibre dans la contrainte.

Certaines images ont servi pour la vidéo « Cache-cache »