TABLEAUX INTERACTIFS


cliquer sur l'image pour ouvrir le module
Cliquer sur l’image pour ouvrir le module

Quand rien ne va, il est conseillé de faire un dessin.
Et quand le dessin ne va pas ?




F.A.Q. (au moins deux fois):

    — Mais pourquoi l’interrupteur ?!

    Pourquoi la représentation d’un bouton analogique plutôt qu’un « glisser-déposer » appliqué directement sur l’objet de votre attention, pourquoi cet intermédiaire ?… Pour mettre en lumière le potentiel du visuel: la distanciation permet, parfois, souvent, de considérer les choses sous un autre angle.
    Il s’agit d’une mise-en-scène interactive; elle est réduite au minimum mais impose sa propre temporalité, son rythme, le temps de son mécanisme: il ne s’agit pas d’un jeu en ligne où il faudrait à la fois occuper la main et l’œil du joueur, mobiliser son attention vers le « toujours plus ».

    — J’aime bien les jeux en ligne…

    Moi aussi mais je préfère les interrupteurs.


Boitamuz par frederique santune

Avant de cliquer sur l’image, veuillez télécharger le lecteur Shockwave Director ici

Performatif
[288 ko]

B .o .i. t. a .m .u .z . s’inscrit
dans le cadre d’un projet intitulé Le geste et la parole.

L’information n’est plus seulement le but de la quête,
elle n’est plus récompense mais se dessine dans les mouvements qui tendent
vers elle, dans des gestes qui collent au plus près de l’idée première,
comme pourrait le faire
un énoncé « performatif » (J. L. Austin Quand dire c’est faire).

Dans ce tableau interactif,il s’agit d’isoler chaque son
en déplaçant sur l’horizon les 3 curseurs gris situés sous la bande animée blanche.


Rapporter par frederique santune
Avant de cliquer sur l’image, veuillez télécharger le lecteur Shockwave Director ici

Narration interactive
[4.1 Mo]

10h30. Vendredi 31 octobre 199…,
nous nous réunissons derrière le grand bâtiment pour lancer un œuf.

Traquer l’indice visuel, chercher à comprendre où se situe
l’événement, forcément disproportionné, sans toutefois résoudre la moindre énigme.

Juste assez d’images pour saisir une ambiance, exercer l’imagination.

story_rapporter


Poesie tactile par frederique santune
Avant de cliquer sur l’image, veuillez télécharger le lecteur Shockwave Director ici

D’après une sentence de G. Stein
[128 ko]

La boucle, séquence sommaire, réflexive, est aussi l’une des structures
récurrentes de la programmation informatique parce qu’elle ménage
la succession d’événements tout en conservant le rythme de progression de l’interacteur.

Quant elle s’applique au texte, elle permet à l’écriture d’être à la fois
sentence pleinement signifiante et élément graphique, voire objet de navigation.

Avec pour matériau la Geneva – police par défaut de certains ordinateurs,
ce tableau se construit autour d’une phrase clé de Gertrude Stein.

Support d’informations, cette boucle, lorsqu’elle est multiple,
invite l’œil et la main à un autre sens de (la) lecture.






story_stein


Un instant donné par frederique santune
Avant de cliquer sur l’image, veuillez télécharger le lecteur Shockwave Director ici


Narration et vidéo
[1.8 Mo]

Le pli est une habitude venue discrètement s’instaurer au cœur d’un rituel mécanique.
Il pare l’action d’innocuité.

Le geste répété perd la portée dramatique de sa finalité ; il semble s’effacer
mais l’événement, anodin, chiffoné, le recèle encore…

Mettre à plat cet instant donné, c’est dessiner une nouvelle topologie de la Mémoire au quotidien.

Dans ce tableau interactif,
il s’agit de révéler boucles sonores et visuelles par déplacement du curseur.



story_un_instant


Du Quotidien par frederique santune

Avant de cliquer sur l’image, veuillez télécharger le lecteur Shockwave Director ici

Génératif
[1Mo]

Comment parler du geste interactif comme processus de création spontanée/de décision,
sans en éprouver par l’expérience les enchevêtrures ?

Comment charger d’intentionnalité
un mouvement dicté par une interface lisse et balisée,
derrière laquelle œuvre un mécanisme aux ramifications complexes ?

La conséquence de cette mécanique invisible, de cet énoncé imprononçable (le code),
est-il également ineffable, inénarrable ?

Que résulte-t-il de l’action combinée au discours ?

« Du Quotidien (Machines) v2.0 est le dernier excercice de la série de projets interactifs consacrée au Geste et la Parole.

Conçu à partir de grands titres de la presse quotidienne française (Le Monde/Libération/Le Figaro, parutions papier d’avril à août 2001), ce tableau,
librement inspiré du CR-rom Machines à écrire conçu par A. Denize, automatise un processus artistique utilisé depuis les années 20; et tandis qu’est retranscrit en une combinaison de sons la version rss des Unes de ces journeaux quotidiens, l’interacteur est invité à créer ses propres communiqués.


ZDLM par frederique santune

Adaptation

Constitué de 7 tableaux interactifs mariant photo et typographisme,
Z .d .l .m est un projet de cd-rom inspiré du livre de Raymond Quenau
Zazie dans le métro.

Pouvant être consulté de façon linéaire ou bien, au hasard à la manière
d’une combinaison d’événements re-synchronisés, chaque tableau est un module autonome.

Cliquez ICI pour ouvrir la page de présentation.


Connaître/reconnaître par frederique santune

Avant de cliquer sur l’image, veuillez télécharger le lecteur Shockwave Director ici

Portrait
[250 ko]

Des images projetées sur un visage; des portraits du passé sur des traits du présent. Questionnement sur l’Identité individuelle, le résumé d’une personne.

D’après un texte ré-interprété de Pascal :

« Celui qui aime quelqu’un à cause de sa beauté, l’aime-t-il ? Non : car la petite vérole, qui tuera la beauté sans tuer la personne, fera qu’il ne l’aimera plus.
Et si on m’aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m’aime-t-on moi ? Non, car je puis perdre ces qualités sans me perdre moi-même. Où donc est ce moi, s’il n’est ni dans le corps ni dans l’âme ? Et comment aimer le corps ou l’âme, sinon pour ces qualités, qui ne sont point ce qui fait le moi, puisqu’elles sont périssables ? Car aimerait-on la substance de l’âme d’une personne, abstraitement, et quelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut, et serait injuste. On n’aime donc jamais personne, mais seulement des qualités

[Qu’on ne se moque donc plus de ceux qui se font honorer pour des charges et des offices, car on n’aime personne que pour des qualités empruntées] »

PASCAL. Pensées.